Little Miss Beauty

Choquée !

Parmi le flot d’actualités de ces derniers jours tu n’as pas pu passer à côté de l’info mentionnant les manifestations pro et anti IVG. Sur le coup je n’y ai pas prêté plus attention que ça et puis hier je me suis réveillée et j’avais besoin de savoir ce qui motivait ces manifs.

Si tu ne le savais pas sache qu’il s’agit d’un amendement qui doit être examiné aujourd’hui à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de l’égalité hommes-femmes visant à modifier la loi Veil de 1975. Cette loi indiquait notamment qu’une femme pouvait avoir recours à une interruption volontaire de grossesse dès lors qu’elle se trouvait dans une situation de détresse, l’amendement vise à modifier cette notion afin que toute femme ne voulant pas poursuivre une grossesse puisse demander à un médecin l’interruption de grossesse.

IVG
Source

Je suis choquée que 40 ans après l’adoption de la loi Veil certaines personnes cherchent à revenir sur ce droit. D’autant que dans les faits ce n’est pas la modification de cette phrase qui changera quelque chose. Aujourd’hui en France une femme a le droit d’avorter par choix, quelles que soient ses raisons. Je sais que ce n’est pas toujours aussi simple car certains médecins qui sont ouvertement contre ne facilitent pas les démarches pour certaines femmes, rendant encore plus dur ce moment.

Je suis pour ce droit à l’IVG.
Ce n’est pas pour autant que je pense que l’IVG est la solution « de facilité » et que cela remplace une contraception réfléchie mais qu’une femme puisse être libre de ce choix reste primordial pour moi et pour ce que j’attends du pays où je vis.

Je suis choquée de voir des images de manifestants mêlant religieux, familles et enfants brandissant des pancartes aux phrases choc: « Moi aussi j’ai été un embryon. » Je suis toujours dérangée de voir des enfants dans de telles manifestations et qu’on revienne sur le débat sur embryons, foetus et leur statut ou sur la question de savoir si on devient une meurtrière lorsqu’on a recours à une IVG me dépasse. Je pensais que tout ça était réglé.
Mais ce qui me choque encore plus est de voir dans cette manif des personnes brandissant le drapeau espagnol au motif que l’Espagne est entrain de revenir sur ce droit à l’IVG d’une manière radicale, bien plus grave que notre foutu amendement français.

En Espagne l’IVG est reconnue comme un droit depuis 2010 à peine. Avant cela les femmes pouvaient y avoir recours uniquement lorsqu’il existe des risques pour la santé physique ou psychique de la mère ou lorsque la grossesse était le fruit d’un viol. La nouvelle loi revient donc sur les droits acquis en 2010 et ne prend pas en compte le doit à l’avortement dans le cas de malformation du foetus.
Précédemment de nombreuses femmes évoquaient un risque pour leur santé mentale pour contourner la loi et pouvoir avoir recours à une IVG, si la loi entre en vigueur c’est ce qu’il risque de se passer de nouveau. En cas de viol les femmes devront présenter la plainte déposée auprès de la police, sachant que de nombreuses femmes violées ne portent pas plainte car elles ont honte ou sont tout simplement sous le choc. Faudra-t-il en plus qu’elles prouvent que le viol est bien avéré ? Les femmes en détresse devront-elles avorter de manière clandestine ?
L’Espagne ne compte pas en rester là et compte entrer en campagne contre le droit à l’IVG en Europe.

Je suis vraiment choquée par toutes ces régressions, par ces droits acquis qui sont mis à mal, par ces lois qui ne tiennent pas compte des femmes et de leur ressenti, par ces idées arrêtées sur l’IVG et prendre l’exemple de l’Espagne pour justifier, entre autre, de ces manifs me donne envie de vomir.

Je compte bien suivre de près le débat en France et en Espagne et aujourd’hui j’ose espérer que rien ne viendra modifier le droit des femmes à avorter.

Miss tête en l’air

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 messages sur “Choquée !

  1. Quand on voit ce qu’il se passe en ESpagne, j’ai bien peur qu’un jour ça soit pareil ici. Ce n’est effectivement pas une solution de facilité, et j’imagine que c’est un acte difficile à gérer dans la plupart des cas, mais j’estime qu’une femme doit pouvoir choisir. Il y a tellement de cas différents, qu’il faut les prendre en compte. Il vaut mieux ça qu’un enfant non désiré qui sera mal élevé, battu, délaissé, et j’en passe.

    • J’espère aussi que nous n’arriverons pas en France à une telle régression même si en Espagne la loi n’est pas encore passée…
      A croire qu’un enfant non désiré reste une « solution valable » pour beaucoup de personnes, c’est grave.

  2. L’Europe devient folle! La question sur le fait que l’on ait le droit ou pas d’avorter ne devrait même pas se poser, surtout dans des pays tels que l’Espagne ou la France…. les mots me manquent pour dire combien je suis choquée par ces manifestations!

    • Oui tu as raison et on ne parle que de ces deux pays là alors que dans bien d’autres les droits des femmes sont tellement bafoués qu’on ne parle même pas d’IVG. J’ai vu un reportage il y a quelques jours en Roumanie où le planning familial parcourait les campagnes pour sensibiliser les femmes à la contraception… ça restait encore un sujet tabou et pourtant de nombreuses femmes disaient ne plus vouloir d’enfants…

  3. Il ne faut jamais cesser de lutter, les droits des femmes sont tellement fragiles !

  4. Je suis très choquée aussi. Qu’on laisse ce droit aux femmes ! Chaque femme a le droit de choisir et faire ce qu’elle veut de son corps. Ça n’en fait pas un monstre pour autant….

    • Oui c’est bien là tout le problème, il s’agit d’un droit ce qui ne signifie pas que les femmes y auront forcément recours. En Espagne d’ailleurs le droit adopté en 2010 n’a pas pour autant engendré plus d’avortements.

  5. Florie0207 on 20 janvier 2014 at 12 h 00 min said:

    Je n’aurai jamais cru que l’on puisse envisager de revenir sur ce droit. C’était une avancée majeure pour la condition de la femme. Comment peut-on décider de revenir en arrière… Je ne comprends vraiment pas non plus…

  6. Pareillement.
    Je suis née avec cette loi et pour moi elle est immuable.

    Le seul hic, c’est que la France est certainement plus rétrograde que ce que je pensais…

  7. Ça me choque aussi !…

  8. Mais décidément où vas la France ! Heureusement qu’on a acquis ce droit je ne comprends pas pourquoi aller à l’encontre de cela ! Je ne comprends pas où est cette idée de meurtrière si on y a recours c’est vrai que c’est tellement mieux de le tuer après l’accouchement parce qu’on s’en sent pas capable c’est bien mieux ! A la la ça m’agace !

  9. KarinePouffe64 on 20 janvier 2014 at 20 h 44 min said:

    Choquée aussi… C’est quoi ces conneries de retour en arriére ? Et moi aussi le coup de la pancarte tenue par une gamine m’a choqué…

    • Je ne comprend vraiment pas les parents qui ramènent leurs enfants dans de telles manifs, ça a déjà été le cas dans la manif pour le mariage pour tous… on peut expliquer les choses aux enfants sans pour autant les exposer dans un cortège !

  10. Je comprends que tu sois choquée, j’ai moi même du mal à croire à la situation !

  11. Je en pense pas qu’à la base, le gouvernement ai voulu revenir sur le droit des femmes à avorter.
    Dans els faits, lmalheureusement , cette notion de détresse était utilisée par certains praticiens pour forcer la femme a avoir une entrevue avec un psy et un délai de reflexion de 7 jours avant de programmer la date de l’IVG.
    7 jours de plus quand tu as les symptomes physiques d’une grossesse mais que tu en souhaites pas garder le bébé, crois moi c’est très long.
    Cette notion de détresse supprimée l’entretien avec le psy n’a plus de raison d’être.
    C’était donc une bonne idée de départ même si certains députés aux idées rétrogrades en ont profité pour essayer de revenir sur ce droit à coup d’ammendement bien sympathique comme le déremboursement par exemple.
    L’avortement est un droit très fragile.
    Crois moi tu as certains dpartements en france où il n’existe même plus de centre IVG, tu as de moins en moins de patriciens qui font des IVG tout simplement parce que c’est moins rémunérateur qu’un accouchement!
    L’espagne est revenu sur ce droit et c’est très médiatisé.
    En france on a encore ce droit mais crois moi encore sur parole, c’est très dur en RP ou d’autres départements très peuplés de trouver une place et c’est une vraie galère si tu t’y prends un peu tard.
    Surtout que les centres du sud de la france vont sûrement voir affluer des femmes espagnoles du coup.
    Voilà, tout ça pour dire qu’un droit peut exister dans la loi mais si dans les faits, il n’y a pas de moyens pour les mettre en oeuvre, il disparait tout simplement.

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi et je sais que certains praticiens jouent là-dessus pour ne pas pratiquer ces actes, heureusement que ce n’est pas la majorité d’entre eux.
      Ce que je trouve dommage c’est que même en partant d’un « bon sentiment » cet amendement a engendré un débat qui n’aurait pas eu lieu d’être mais malheureusement certains se sont engouffrés dans la brèche pour revenir sur ce droit ou en modifier son statut.
      J’ai vécu cette situation et je sais combien c’est difficile, combien le regard des gens ou les remarques sont durs parfois, les services d’IVG ferment les uns après les autres et les étudiants ne sont plus intéressés pour devenir gynécologue mais justement au vu de tout ça revenir sur ce droit parait d’autant plus difficile à avaler dans un tel contexte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation

#JeSuisCharlie